6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 22:34

Mégawatts - Espagne et PortugalMégawatts Espagne et Portugal. Quand on est six, on joue à quoi ? À Mégawatts bien sûr. C'est la première partie sur cette carte qui comporte une région sans nucléaire, le Portugal. Une particularité dans le cours de la partie est l'arrivée sur le deck des centrales de trois écologiques (les 18, 22 et 27) lors du passage vers l'étape 2. À partir de cette même étape, l'uranium arrive massivement, cinq par tour, pour ensuite retomber à deux par tour. Lors de la première étape, il n'y a pas de renouvellement d'uranium dans le marché des ressources.

On a décidé d'écarter la région brune. J'achète la plus grosse centrale (la 10) nécessaire pour passer premier joueur et ainsi avoir l'occasion de me placer en dernier sur la carte. Le but derrière tout ça est de me choisir un endroit où je serais idéalement hors de tout blocage. Et bien, ça n'a pas marché… En m'installant à Lisboa et Setubal, je vais être enfermé au troisième tour. Et avec des coûts de connexions plutôt élevés sur cette carte, ça revient cher de s'en sortir.

Vincent, lui, au premier tour nous lâche pour la première fois dans cette partie : "Je vais essayer un truc là…" et il ne connecte aucune ville au premier tour de jeu. On est tous un peu étonné, même si je vois où il veut en venir. Il espère acheter dès le deuxième tour, une centrale de haut niveau grâce à son argent économisé et surtout en étant dernier à proposer une centrale à l'achat. Ça n'a pas marché aussi bien qu'il aurait pu l'espérer, même si au final ça lui a quand même été bénéfique.

De mon côté, et dans l'espoir d'économiser des elektros, je fais l'acquisition d'une éolienne alimentant quatre villes. Je vais me permettre le luxe de ne pas acheter des ressources pendant deux tours, et avec les économies faites, me sortir du Portugal dans lequel je suis coincé.

François s'est gardé le meilleur emplacement possible avec Castellón de la Plana puis, il s'installe sur les villes de la côte est en se gardant le nord de la région rose pour plus tard. Vanessa et Mélanie se placent au sud et ne tarderont pas à contribuer à ma situation de blocage dès qu'elles sont obligées de remonter vers le nord.

Dès que l'étape 3 commence, je suis plus libre dans mes placements et je ferais la course en tête avec Vincent. Mais les coûts élevés que je dois payer additionnés au tarif de mes ressources font que je me fais distancer au final et même dépasser par Mélanie et Vanessa. Je suis trop court de deux elektros pour connecter ma quinzième ville, mais même si j'avais été capable de le faire, ma position dans le classement final n'aurait pas changé. J'aurais dû rester derrière un ou deux tours de plus pour mieux revenir avec des ressources moins chères.

La carte de l'Espagne et Portugal est plus difficile à ce qu'il ne paraît de prime abord à cause de la moyenne des coûts de connexions tendant vers le haut. Et dans ces conditions, les choix des centrales sont déterminants.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Vincent D 16 16 2
2 Vanessa 15 15 9
3 Mélanie 15 15 5
4 Laurent 14 14 22
5 François 14 14 2
6 Frédéric 9 9 0

 

KorsarKorsar. Deux petites parties rapides pour terminer la soirée. Je n'y ai pas pensé sur le coup, mais on aurait dû normalement y jouer par équipes de deux. Mais ça a plutôt bien marché quand même.

Mon problème à ce jeu est que j'ai tendance à snober les galions de faibles valeurs. Même si parfois, cela peut fonctionner (lors de la seconde partie, je totalise 20 points avec seulement trois galions), il vaut quand même mieux ne pas hésiter à attaquer tout ce qui flotte car 2 + 2 + 2 +3 +  … = plus de points qu'avec ma méthode.

 

1 François 27   1 Mélanie 22
2 Mélanie 18   2 Laurent 20
3 Vincent D 16   3 Vanessa 17
4 Laurent 12   4 Vincent D 13
5 Frédéric 6   5 François 12
6 Vanessa 3   6 Joe la loose -1

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 09:58

Mégawatts - Logo

On continue notre engouement pour Mégawatts avec une première Mégasoirée. On va enchaîner les parties jusqu'à ce qu'on en ait marre ou que les calculs soient trop difficiles à faire. Et on terminera notre troisième partie un peu avant 3h00 du matin. Ce soir, et pour la première fois, on joue sur les cartes de l'Europe centrale, de la Corée et de la Russie.

Petite parenthèse : on a testé une précédente partie avec quelques modifications de matériel. Premièrement, j'ai sorti les paravents de Cyclades pour cacher nos elektros. Et d'ailleurs, les elektros ont été remplacés par des jetons de poker. Si la manipulation est plus aisée, on s'éloigne du thème en perdant la monnaie et avec ces paysages grecs. Mais bon, chez les Kûbenboas le thème on s'en balance un peu, hein !

Trois parties de Mégawatts, ça fait beaucoup de choses à retenir et ces comptes-rendus seront moins détaillés qu'à mon habitude. Peut-être que je devrais prendre des photos en cours de jeu, à l'instar de deux autres blogs sur lesquels j'aime me perdre, à savoir Le blog perso de Ludo le gars et celui de Deepvelver le voyageur ludique.

 

Mégawatts - Europe centraleMégawatts Europe Centrale. Pas de modification dans le déroulement des phases de jeu, ni en ce qui concerne les trois étapes. Deux particularités cependant au niveau de la carte elle-même : on ne peut enchérir et posséder une centrale nucléaire que si on est présent dans d'autres zones que l'Autriche ou la Pologne, et deuxièmement, le propriétaire d'un réseau connecté à Vienne bénéficie d'une réduction de 1 elektros sur le prix des déchets ménagers.

Les zones éliminées sont l'est de la Pologne (rouge) et l'Autriche (jaune) ce qui nous privera d'éventuellement bénéficier de l'avantage que Vienne peut donner.

Je commence mon développement au sud de la Pologne (bleu) à la frontière slovaque alors que Vanessa s'adjuge la Tchéquie (turquoise) en monopole. Vincent s'installe en Slovaquie (brun) ainsi que François qui n'aura aucune peine à déborder en Hongrie (rose) tout en bloquant Vincent.

La fin de la partie sera un rush inattendu de la part de Vanessa, les 17 villes sont connectées et comme elle est la seule à être capable d'en alimenter 12, elle est devant tout le monde. Inattendu, comme en témoigne la grosse somme d'elektros que François et moi avions à ce moment en prévision de notre future expansion, expansion qui n'arrivera jamais.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Vanessa 17 12 13
2 Vincent D 11 11 11
3 Laurent 9 9 199
4 François 9 9 193

 

Piou PiouPiou Piou. On va faire une petite pause avec ce petit jeu de cartes destiné à apprendre quelques notions de stratégie aux tout petits (à partir de 5 ans.) Quoi ? Ça veut dire qu'il y a des enfants qui ont joué à Mégawatts juste avant ?!? Non, ce sont plutôt des adultes qui jouent à Piou Piou. Ce n'est pas la première fois qu'ils insistent pour essayer alors voilà… Un coq et une poule qui font un œuf dans un nid, des poules qui transforment un œuf en poussin, un renard qui volent les œufs et des coqs qui font fuir un renard. Le premier à trois poussins a gagné. Kôt kôt kodeeeck !!! Tchip Tchip ! Cocoricooooo !!! Oups, pardon… je me laisse emporter là.

 

    poussins œufs
1 Vincent D 3 0
2 Laurent 2 3
3 Vanessa 2 1
4 François 1 3

 

Mégawatts - CoréeMégawatts Corée. La particularité de cette carte est le double marché des ressources nord et sud. On peut choisir à chaque phase 3 où l'on veut se fournir, mais on doit faire tous nos achats dans un seul et unique marché. L'uranium n'est disponible qu'en quantité limitée au sud. La disposition du charbon et du pétrole fait que les prix peuvent s'envoler très vite et l'achat des ressources est un casse-tête en soi, bien plus que sur les autres cartes jouées jusqu'ici.

Les zones éliminées sont les deux au nord (rose et rouge) et malgré l'élimination de la Corée du Nord pour cette partie, son marché des ressources est bel et bien disponible.

J'ai commencé de la pire manière qui soit. Je vais me laisser enfermer dans la région mauve et en sortir me coûtera une somme qui aurait mieux fait d'être investie autrement. François et Vincent essaient de s'accaparer les meilleurs endroits de la côte est et Vanessa sera à la rencontre des régions mauve brune et verte.

Je n'ai pas eu assez d'elektros pour acheter les centrales sont j'avais vraiment besoin et j'ai donc lâché très tôt les différentes enchères. Je vais quand même obtenir une centrale nucléaire alimentant quatre villes, mais cette décision me condamnera à me fournir exclusivement sur le marché sud où les prix du charbon et du pétrole sont très volatiles.

Comme je suis souvent en dernière position et que j'abandonne vite les enchères, j'espère toujours que la dernière centrale révélée sera une bonne affaire mais c'est à chaque fois une trop petite qui apparaît et qui empêche une centrale du marché futur de monter dans le marché actuel.

Je suis trop loin des connexions bons marchés qui profitent plutôt à François et Vincent, et suis donc en concurrence avec Vanessa qui finira avec seulement deux elektros de plus que moi. Mais deux elektros, à Mégawatts, ça peut être énorme.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Vincent D 17 17 21
2 François 17 17 0
3 Vanessa 15 15 66
4 Laurent 15 15 64

 

Mégawatts - RussieMégawatts Russie. Très belle carte qui apporte un changement de règle important en ce qui concerne le marché des centrales. Il n'y a que six centrales en tout et quand tout le monde passe son tour à la phase 2, la plus petite centrale n'est pas retirée comme dans la règle de base. Au lieu de ça, c'est lorsque qu'un joueur passe pour la première fois dans cette même phase alors que c'est à lui de proposer une centrale à la vente que la plus petite est retirée. De plus, on n'élimine pas une centrale du marché ayant la même valeur que le nombre de villes dans les réseaux des joueurs. Les centrales sont donc plus délicates à acquérir, tout le contraire que sur la carte du Benelux.

On écarte les zones rouge à l'est et la verte. Cela crée un long goulot d'étranglement et les blocages sont inévitables et délicats à négocier. Pire que le Québec, ça promet…

Le marché des ressources commence sans déchets ménagers et évidemment il y en a vite une, et ensuite deux dans le marché des centrales. Ce qui complique encore l'acquisition d'une bonne centrale.

Revenons-en aux blocages. Vincent commence par s'installer à l'est de la région mauve, François se place au sud de la région rose et Vanessa au centre de la région mauve dans laquelle Vincent se trouve déjà. Je vais me placer au nord-est de la région brune, ce qui peut paraître dangereux mais pas si je verrouille les villes clés avant François et Vanessa. Mais comme je leur ai dis, "Si je m'enferme, je vous enferme avec moi." C'est ce que je vais réussir à faire, mais je bénéficie de prix de connexions plutôt abordables dans ma région et je peux attendre sans peine l'étape 2 tout en faisant quelques économies en prévision de mon débarquement au nord, où je serais sans concurrence puisque Vanessa est bloquée trop loin.

La fin de la partie tarde à venir car l'argent manque et on y arrivera beaucoup plus lentement que lors de la partie sur la carte de l'Europe centrale. Vincent est condamné à terminer la partie sans pouvoir renouveler une centrale et François paie beaucoup pour alimenter ses trois centrales qui consomment des déchets. Les trois dernières connexions ne me coûteront que 88 (30+30+28), bien moins que les trois nécessaires à Vanessa.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Laurent 18 18 44
2 Vanessa 18 18 23
3 François 17 17 39
4 Vincent D 16 16 24

Partager cet article

Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 21:49

MégawattsMégawatts. Notre première partie sur la carte du Benelux et la première partie de Mégawatts pour Vincent B. Les coûts de connexions sont très bas quand on les compare avec ceux sur les cartes de la France ou du Québec, ce qui n'empêche pas malgré tout de continuellement chercher à se trouver la meilleure place au meilleur prix.

Ce qui caractérise le plus cette carte est le renouvellement rapide des centrales disponibles à l'achat. En effet, lors de la phase 5 (Bureaucratie), en plus de remettre la plus grosse centrale du marché futur sous la pioche, la plus petite centrale est elle retirée définitivement de la partie. Choisir une bonne centrale au bon moment est vraiment crucial.

Vu les coûts abordables et le renouvellement rapide des centrales, c'est peut-être une carte sur laquelle être devant pendant toute la partie est probablement une bonne idée. Et c'est ce que j'ai essayé de faire sans succès, Vincent D y est arrivé de fort belle manière sans que j'arrive à le rejoindre. Et encore, lors du dernier tour, il aurait pu encore creuser l'écart un peu plus.

Je n'ai pas su me maintenir en tête dans cette partie, parce que j'ai toujours été trop juste financièrement à chaque moment clé (et ce jusqu'à la fin où je finis avec les caisses vides.) Il me manquait un ou deux elektros pour me connecter à une ville de substitution parce qu'Antoine s'est installé avant moi dans la ville que je convoitais. Ou bien, j'ai dû me rabattre sur des déchets plus onéreux parce que Vincent B a acheté avant moi le pétrole bon marché. Des erreurs à répétition qui m'ont empêché de me développer.

J'ai joué toute cette partie en étant troisième ou quatrième dans l'ordre du tour, et ce n'est pas du tout une bonne place sur cette carte où tout va trop vite. Malgré le fait d'avoir la possibilité d'alimenter théoriquement 17 villes, je plafonne à 10 et je me fais dépasser par Vincent B parce qu'il est plus riche que moi.

C'est bizarre, mais j'ai l'impression que cette abondance de connexions à bas prix nous a fait dépenser à tous plus d'argent que nécessaire. On est tous débutants à Mégawatts et on doit adapter la manière de jouer selon la carte choisie car cela change bien plus que les noms des villes. Avec toutes les cartes que nous avons maintenant à notre disposition, nous avons encore plein de choses à découvrir.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Vincent D
14
14
71
2 François
13
13
1
3 Antoine
11
11
8
4 Vincent B
10
10 13
5 Laurent 10 10 0
6 Vanessa 9 9 20

Partager cet article

Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 17:07

Encore un bon gros dimanche avec tout d'abord une partie de l'Âge de pierre avec ma fille et mon père. J'ai ensuite enfin cru à une victoire à Glen More,… mais non. Et pour la soirée, certainement la partie de Mégawatts la plus riche en rebondissements que j'ai jouée jusqu'ici (mais c'est seulement ma sixième de cet excellent jeu). Je fais ensuite découvrir mon jeu préféré : Hansa Teutonica où j'ai voulu être trop gourmand et n'ai pas fini la partie quand je l'aurais dû.

 

Âge de pierreL'âge de pierre. Les deux autres construisent des cabanes pendant que je perds mon temps à agrandir ma tribu et à développer inutilement mon niveau d'agriculture. Inutilement, parce que la partie ne fût pas assez longue que pour pouvoir en profiter et le retard en PV que j'ai parce que je n'ai construit que deux cabanes ne sera pas comblé par les cartes que j'ai achetées.

Je n'ai pas aidé Élisa (6a ½) dans ses choix pendant la partie, mais je lui ai juste fait remarquer que si elle construisait la dernière cabane d'une des trois piles maintenant (alors que les deux autres étaient plus hautes), elle était quasi-sûre de gagner avant que je ne commence à enfin construire de mon côté. Comme elle avait acheté plus de cartes que mon père, toutes les chances étaient de son côté.

Belle victoire rapide car elle a construit toutes ses cabanes dans la même pile, des petites cabanes certes, mais elle l'a fait régulièrement. Je ne pense pas qu'elle l'ait fait sciemment dans le but d'avoir une partie courte, mais le résultat est là. On s'est quand même fait surprendre.

 

    Élisa   Fernand Laurent
Points de victoire 78 85 53
Cartes Civilisations 4 1 4
Paysans 0 5 21
Fabricants d'outils 6 0 12
Constructeurs 0 0 4
Chamanes 15 12 0
Matières premières 7 1 4
TOTAL 110 104 98

 

Glen MoreGlen More. J'y ai cru, jusqu'au décompte final. J'ai encore été une fois de plus dépassé par mon père. L'abondance de whisky lui a été fort profitable, Iona Abbey et Loch Morar lui fournissent 16 PV et lors de son dernier tour, il fait rentrer les pièces en vendant ses ressources excédentaires. Pourtant, j'ai réfléchi à la constitution de mon domaine avec une utilisation récurrente de mon Boucher (4 PV pour 2 moutons), j'ai collecté trois Villages et Duart Castle (3PV par village) mais l'avantage que j'ai eu lors des deux premières manches avec mes chefs de clans envoyés au parlement s'est inversé lors de la troisième.

 

  Fernand Laurent
Points de victoire 6 24
Whisky / Chefs / Lieux    
—Première manche 2/0/0 0/2/3
—Deuxième manche 8/0/0 0/2/2
—Troisième manche 8/3/0 0/0/1
Iona Abbey, Loch Morar, Duart Castle 16 9
Pièces 9 2
Nombre de tuiles -3 0
TOTAL 49 45

 

Megawatts---Quebec.jpgMégawatts. Retour au Québec. Après avoir déterminé aléatoirement l'ordre du tour, on va chacun choisir une des quatre régions sur lesquelles nous allons jouer. On va exclure les régions sud et ouest (rouge et mauve sur la carte.) J'ai décidé de garder la région brune à l'est car je vais tenter de la monopoliser à mon avantage car elle est très facile à bloquer.

Si vous avez déjà fait un saut vers le tableau final des scores ci-dessous, vous vous posez certainement des questions. Il y a des nombres vraiment étonnants. Mais il s'en est passé des choses lors de cette partie très  prenante : des achats inconsidérés, des gros blocages, des ressources difficiles à se procurer et un énorme opportunisme en ce qui me concerne. 

Avoir choisi d'écarter la région au sud de Montréal a créé une carte sur laquelle les places sont chères et où le choix de départ pour l'établissement de son réseau est crucial. Je vais pour ma part choisir d'entrée de jeu de construire deux maisons même si je ne sais en alimenter qu'une seule : une à Québec et l'autre à Montmagny, verrouillant la région brune. Vanessa commence sans concurrence au nord et François et Vincent vont lutter pour se réserver les meilleures places au sud. Avant d'exploiter la région que j'ai bloquée, je m'installe à St-Georges pour réduire un peu plus la place laissée à Vincent et François.

Une grosse centrale arrive tôt : la 31 (3 charbons —> 6 villes), je vais miser haut pour l'acquérir (48 elektros je pense) mais comme j'ai une région disponible uniquement pour moi, le retard financier que cela me crée n'est pas trop pénalisant. Elle va cependant m'être bien utile pour alimenter mes villes à elle toute seule (avec en plus une éolienne pour deux villes.)

[Intermède : On sonne à la porte. Ah, c'est ma factrice qui me livre mon colis, et dedans il y a plein d'extensions que François et moi avons rassemblées : Benelux / Europe de l'est, Chine / Corée, Brésil / Espagne-Portugal et Russie / Japon.  Et aussi le deck avec les nouvelles centrales.]

Avant que l'étape 3 ne débute, certaines centrales vont partir à prix d'or. Je suis à chaque fois impliqué dans ces hausses de prix élevées, mais je m'arrête à temps pour ne pas me retrouver sans argent après l'achat d'une centrale (un mauvais souvenir de ma première partie). Les centrales alimentant sept villes partent cher, très cher. Le record sera battu avec 111 elektros et une autre pour une somme devant se situer entre 70 et 90 elektros (mais je ne me souviens plus lesquelles, ni le prix exact de la seconde.) Ces centrales m'échappent et ma capacité brute d'alimentation sera condamnée à plafonner à 15 voire 16 même si je sais me procurer la centrale n°50 pour un prix de 65 elektros. François et Vincent sont à 18 et 17. Vanessa, après avoir acheté une centrale pour 70 est complètement étouffée financièrement et ne sais pas acheter de ressources, ni connecter de nouvelles villes, et avec une phase de revenus limitée à 10, la partie est finie pour elle.

Je sais que je ne serais jamais capable dans cette partie d'alimenter 17 villes. François pour l'instant n'a que 12 villes dans son réseau et Vincent ne sait en alimenter que 12 car il n'a pas su se procurer les ressources nécessaires pour cause de prix trop élevés. Je suis à ce moment à 13 villes connectées et ma seule chance de gagner est de finir la partie maintenant car dès le tour suivant François et Vincent seront trop forts. J'ai dépensé peu les derniers tours, j'ai laissé tomber les enchères trop hautes, j'ai eu besoin de peu de ressources et j'ai en réserve exactement 120 elektros. Ce qui me permet de connecter quatre nouvelles villes, notamment grâce à la région brune où j'y suis encore à l'aise malgré l'intrusion de Vincent.

Victoire très opportuniste, mais c'était à ce moment ou jamais. J'ai bénéficié de plusieurs conditions pénalisantes pour mes adversaires qui m'ont données une fenêtre de tir dont j'ai su profiter grâce à mes économies. Excellente partie.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Laurent 17 15 13
2 Vincent D 14 12 47
3 François 12 12 5
4 Vanessa 9 0 1

 

Hansa TeutonicaHansa Teutonica. Ha, enfin. Ça faisait trop longtemps que je n'y avais plus joué. Je fais de mon mieux pour que l'explication des règles se passe le plus facilement possible, mais ils ont l'impression d'avoir à faire à quelque chose de trop compliqué. Les premiers tours de jeux effacent cette crainte car même si la présentation des règles peut paraître difficile à assimiler, Hansa Teutonica est plutôt facile à jouer.

Je les avais conseillés de passer au plus vite au niveau suivant de la compétence Actiones car passer de deux à trois actions par tour est tout simplement vital. Et comme attendu, il y a beaucoup de mouvements sur les deux routes menant à Göttingen, même si Vanessa préfère s'éloigner de cette activité pour développer les compétences Bursa à Lübeck et Liber Sophiæ à Groningen.

Je serais le premier à m'installer dans la ville de Coellen après avoir gagné deux niveaux de Privilegium. Pendant ce temps, Vincent installe un comptoir à Hamburg pour gagner un Point de Prestige à chaque fois que quelqu'un revendiquera une route commerciale car cette ville se situe sur les routes utilisées pour développer Privilegium et Bursa. C'est souvent une bonne idée rentable en PP d'installer un comptoir là-bas très tôt dans la partie.

Pendant que Vanessa s'affaire à développer au maximum toutes ses compétences (pour 4 PP chacune), François place quelques comptoirs et commencera à gagner des PP grâce à ceux-ci, notamment avec une petite route de deux maisons entre Duisbourg et Dortmund.

Je vais récupérer quelques jetons bonus et également commencer à tenter d'établir la liaison Est-Ouest mais je me fais repérer aussitôt par Vincent qui va faire énormément pour me freiner, mais ma compétence Liber Sophiæ me permet de faire des déplacements avec quatre ressources et je peux facilement me placer sur une route libre pour placer de nouveaux comptoirs.

La fin de la partie m'a été défavorable à cause de ma gourmandise. Il ne me manque plus qu'un comptoir à établir à Stendal pour la liaison Est-Ouest et cela me ferait gagner sept PP en terminant la partie. Mais j'en veux plus et je perds du temps à me libérer une clé pour doubler les points de mon réseau. Pendant ce temps, les trois autres gagnent des points avec leurs comptoirs établis un peu partout. Au moment où je me décide finalement à clôturer la partie, j'ai 19 PP et je pense donc conclure avec 27 PP sur la piste de score.

Mais… comme je n'ai plus de ressources dans ma réserve… il me manque une action… hé oui… je n'ai pas fait attention à ça… Quoiqu'il en soit, la chance de terminer la partie de cette manière ne se représentera plus car lorsque c'est à François de jouer, il va rajouter un dernier comptoir à son réseau. Mais sur cette route, j'y avais également un comptoir, ce qui me fait gagner un seul PP et la partie se termine donc. En ce faisant, il prend en plus le contrôle de cette ville et me retire donc deux points de plus. Résultat : à cause de mon erreur qui permet à François de rejouer, je vais perdre 10 PP (7 pour la liaison Est-Ouest ; 1 lorsque, pour ce faire, j'aurais revendiqué la route ; et 2 lorsque j'ai perdu le contrôle d'une ville.)

J'espère que ça leur a plu pour avoir la possibilité d'y rejouer vite.

 

  François Laurent Vanessa Vincent D
Prestige 15 20 8 14
Compétences 12 8 16 12
Jetons 3 6 1 1
Coellen 7 9 11 8
Villes 12 10 10 10
Carte objectif - - - -
Réseau 14 8 8 7
TOTAL 63 61 54 52

Partager cet article

Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 11:14

Dominion 4 ProspéritéDominion 1 IntrigueDominion 0Dominion. Avec les boîtes de Base, Intrigue et Prospérité. J'ai choisi de combiner Chapelle et Laboratoire qui est une stratégie éprouvée et d'autant plus puissante avec une carte comme Platine disponible. Un Fiers-à-bras vient en action finale et j'ai donc souvent l'occasion d'acheter une Colonie et un Platine en même temps. Élisa abuse également de Laboratoires et de Fiers-à-bras, mais sans l'épuration que Chapelle peut offrir, c'est moins performant. Elle est encore un peu jeune (6a ½) pour comprendre la notion d'épuration du deck. Pour Nicolas et Fernand, la stratégie est moins claire et de toute manière trop lente. Ils ont toujours tendance à acheter beaucoup de cartes différentes et l'extension Abondance devrait plus correspondre à leur style de jeu. Vivement que ça arrive chez nous.

 

1 Laurent  65 
2 Élisa 50
3 Fernand  31
4 Nicolas 28

 

CubaCuba. J'ai fait deux parties des Piliers de la terre et deux parties d'Un monde sans fin. Ce qui m'a déplu dans ces deux titres, c'est leur légéreté couplée avec un sentiment d'être conduit par le jeu. C'est trop scripté à mon goût. Pourquoi mentionner ces deux jeux ? Parce que Cuba est issu des mêmes auteurs que ceux-ci.

 

La liberté est ici beaucoup plus grande avec plusieurs manières de marquer des Points de Victoire et aussi grâce aux bâtiments que l'on peut construire sur nos domaines privés. Mais on a quand même cette impression d'être dans une course aux PV, ce qui ne me dérange pas vraiment en soi, mais à Cuba un retard de PV me semble difficile à combler.

 

J'avais des rêves de richesse et de rhum mais François, puis Vanessa ont pris possession des bâtiments que je convoitais et j'ai dû trouver au plus vite une reconversion pour ne pas me faire larguer au score. J'ai misé sur la production de pierre et sur leur conversion en PV avec un bâtiment dont le nom m'échappe. Cette reconversion m'assurait au moins cinq PV par tour, mais elle me condamnait à jouer de manière scriptée pendant les trois derniers tours :

— Production des ressources avec le Paysan : deux pierres, et un agrume.

— Obtention d'une troisième pierre avec l'action alternative de la Marchande.

— Soit le Maire pour envoyer mon agrume sur un bateau, soit l'Architecte pour l'action alternative donnant des PV.

— Activation des bâtiments avec le Contremaître : Entrepôt, celui qui donne 2PV et celui qui transforme mes pierres en 1 PV.

 

Et si je m'étais écarté de cette ligne de conduite, mon rendement en PV aurait été inférieur. Il me restait donc en dernière carte non jouée le Maire ou l'Architecte pour la promulgation des lois avec leur pouvoir électoral respectif de 5 et 3. Et j'ai pu en sélectionner quelques-unes intéressantes pour des PV additionnels.

 

La place de premier joueur a été monopolisée par Vanessa qui jouait le Maire en quatrième carte. Après un très bon départ, François d'essouffle avec sa stratégie de fabricant de cigares car je crois que ça lui revenait trop cher en pesos au final. Vincent lui, s'accapare la presque totalité des emplacements sur les bateaux grâce à ses nombreuses ressources car il abonde en eau après avoir construit le Barrage.

 

Au final, j'apprécie plus Cuba aux deux autres jeux cités au début. C'est plus ouvert, mais pas assez pour moi. Même s'ils sont plutôt différents dans leurs mécanismes et parce qu'on les compare souvent, si je dois jouer à un jeu avec des plantations et des bateaux, je préfère de loin jouer à Puerto Rico.

 

1 Vincent D 79
2 Laurent 76
3 Vanessa 71
4 François 64

 

MégawattsMégawatts. Pour la première fois, on a choisi de jouer sur la carte du Québec en écartant la région la plus à l'ouest et celle à l'est de couleur brune. Dès la première phase de construction, on a bien compris que la carte du Québec est bien plus méchante que celle de la France. Les possibilités d'enfermer quelqu'un dans un espace restreint sont bien plus grandes et c'est d'ailleurs avec un énorme soulagement qu'est acceullie l'étape 2 du jeu par François et moi-même.

 

Je me retrouve vers le milieu de la partie en surproduction avec des centrales puissantes que j'ai su récupérer à un prix plutôt bas et mes dernières centrales seront la 30 (3 déchets —> 6 villes), la 31 (3 charbons —> 6 villes) et la 46 (3 charbons et/ou pétroles —> 7 villes.) Cela me donne à tort le sentiment d'être confortablement installé pour la victoire car je n'ai plus qu'à me soucier des mes connexions sans avoir besoin d'enchérir pour de nouvelles centrales.

 

Car la fin de la partie a été exceptionnelle en surprises. Je suis dernier dans l'ordre du tour, Vincent peut théoriquement alimenter 18 villes et moi 19 mais je ne peux pas passer de 12 à 19 villes ce tour ci; je ne sais en faire que trois. Alors, pour m'assurer que Vincent ne clôture pas la partie maintenant (il devait avoir 14 villes), je vais acheter du charbon pour alimenter ma centrale hybride alors que le pétrole était moins cher juste pour créer une pénurie. Du coup sa capacité d'alimentation tombe à 12 villes, j'ai pensé que ça m'aurait donné le temps de gagner plus d'argent que lui et de finir devant lors du tour suivant en construisant mes quatre villes manquantes (avec 19 villes connectées et alimentées, j'étais sûr de gagner.)

 

Mais… ça ne s'est pas passé comme prévu. Oh non…pas du tout. Vanessa est la troisième à jouer lors de la phase de construction. Et à notre grande surprise elle construit quatre villes ! Ça n'a rien de surprenant en soi, d'accord, mais je pensais qu'elle n'avait pas les fonds nécessaires pour le faire. Alors que j'étais obnubilé par la capacité brute d'alimentation de Vincent, j'ai permis à quelqu'un d'autre de gagner.

 

Et en plus, j'aurais pu éviter cette fin là. En fait, après mon passage sur le marché des ressources, il ne restait que cinq unités de charbon (Vanessa en voulait deux, je pense), c'était insuffisant pour les besoins de Vincent, mais largement suffisant pour ceux de Vanessa. Et j'aurais pu toutes les acheter grâce à la capacité de stockage de mes centrales. Mais j'avais besoin de cet argent pour faire des nouvelles connexions et puis, j'étais loin de me douter qu'elle était capable de finir la partie comme elle l'a fait.

 

Vincent, dans un dernier baroud d'honneur, après avoir été privé de ressources par moi-même et surpris par la victoire de Vanessa, construit jusqu'à 19 villes prouvant par là qu'il était capable de faire bien plus.

 

Deuxième surprise lorsque l'on compte les elektros restant : François et moi sommes à égalité avec nos villes, je compte mes billets un à un, et c'est avec frustration qu'il m'entend compter jusqu'à 41. Mwouaah Ahh ahh [rire diabolique], un tout petit elektro qui fait la différence ! Lui aussi a été supris par Vanessa, car il aurait pu construire une 16ème ville pour s'assurer la deuxième place, mais il ne l'a pas fait pour rester bien placé dans l'ordre du tour.

 

Excellente partie avec une fin absolument innattendue (sauf pour Vanessa bien sûr.) Cette carte est très intéressante pour les capacités de blocage. Du tout bon !

 

    villes connectées villes alimentées
1 Vanessa 17 17 8
2 Laurent 15 15 41
3 François 15 15 40
4 Vincent D 19 12 9

Partager cet article

Repost0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 07:39

Soirée au club Esprits joueurs  avec deux bons gros jeux comme on aime bien :

 

NavegadorNavegador. Je suis le troisième à jouer et mon départ se fait plutôt bien de mon côté avec Sailing en ouverture, et Colonize le tour suivant pour gagner une colonie avec de l'or. François dès le premier tour, et grâce à la carte Navegador (*), fait la même chose mais pour une colonie avec du sucre. Par contre, pour les deux autres, l'ouverture choisie est plus malheureuse avec Workers, ce qui explique pourquoi nous avons pu coloniser à moindre frais malgré nos positions dans l'ordre du tour.

Choisir Workers implique que le deuxième choix d'action est plus délicat car Colony et Privilege ne sont pas bons à ce moment et même Market n'est pas profitable avec seulement une usine. Par contre, pour François et moi-même, Market est plus intéressant grâce à notre première colonie.

Mes revenus générés par mes colonies vont financer les achats de mes suivantes et je vais finir par avoir sept colonies d'or. Les usines de production d'or que mes adversaires ont achetées me garantissent des revenus bien supérieurs aux leurs. Ce qui m'avantage est que ces usines sont partagées entre eux trois, je n'ai donc qu'a attendre que le niveau remonte à une valeur intéressante. Si un seul joueur avait pu monopoliser ces usines, il aurait pu me concurrencer financièrement.

La deuxième phase de jeu est déclenchée très tôt par Frédéric qui ne trouve pas d'autres sources de revenus, et vu que je suis le plus riche, je suis celui qui est le moins impacté par le changement du prix des bateaux et ouvriers. Tout mon argent me sert à acheter des églises et des ouvriers. Une fois que mon niveau d'ouvriers est confortable, je commence à acheter des usines de sucres pour profiter de l'effet des colonies de sucre de François sur le marché.

Lors de la troisième phase, mon niveau élevé d'ouvriers me permet de choisir l'action Privilege presque à chaque tour sur la roue d'action et mes églises et colonies seront bonifiées au maximum, seul un privilège sur les usines m'échappe car il est pris par Mélanie même si je n'en avais pas vraiment besoin.

En voyant tous les bateaux de Fred devant Nagasaki, je sacrifie un des miens pour aller sur Market et lorsqu'il déclenche effectivement la fin de la partie, je sacrifie mes deux derniers navires pour aller de nouveau sur Market. Ces deux ultimes actions portent mes fonds à plus de 2000 cruzados qui me donneront 10 points de victoire. Je termine avec douze colonies et cinq églises qui me fourniront le plus gros de mes points.

 

(*) On a ici une erreur de règles, il est interdit d'utiliser la carte Navegador dès le premier tour, mais François n'y avait jamais joué et ça m'est complétement sorti de la tête.

 

  Laurent Frédéric Mélanie François
Navires 0
1
1
1
Ouvriers 9
4 4 6
Argent 10 4 9 6
Colonies 48 16 18 12
Usines 21 9 15 24
Explorateurs 8 20 35 5
Chantiers navals 3 63 3
3
Églises 45 3 3 27
TOTAL 144
120
88
84

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MégawattsMégawatts. On joue sur la carte de la France avec les régions nord et sud-est éliminées. J'ai essayé de limiter mes dépenses sur les premières centrales et sur les ressources alors que les trois autres en stockent au maximum de la capacité des centrales. Ça a créé un léger déséquilibre financier qui a été en ma faveur lorsque je devais enchérir sur une centrale dont j'avais vraiment besoin.

Cela m'a d'ailleurs permit de jouer toute la partie avec une capacité d'alimentation brute supérieure à mes besoins (et donc, de mieux gérer l'arrivée des centrales.) Ces économies m'ont aussi permis de continuer à acheter les déchets ménagers alors que François essayait de maintenir des prix artificiellement haut par rapport à ses besoins réels. Ce qui n'a fait que creuser l'écart et il a finalement du lâcher les centrales à déchets.

Dès que l'on est entré dans l'étape 3, je me suis installé à la dernière place dans l'ordre du tour. La capacité brute de mes centrales me permettait de revenir rapidement dans la course en cas de problème. Cela avait aussi l'avantage d'être le dernier lors de ce qui a été la dernière phase d'enchères, et j'ai à l'issue de celle-ci trois centrales qui peuvent alimenter chacune six villes et tout ça pour deux charbons, un uranium et trois poubelles.

Eux, ne sont qu'à 17 villes théoriquement alimentables. J'ai pu facilement construire les trois nouvelles villes qui m'ont fait passer de 15 à 18 puisqu'il me restait près de 140 elektros et que trois connexions à très bas prix étaient à ma portée. Je n'aurais pas pu l'emporter avec 17 villes puisque Fred était le plus riche, j'aurais fini deuxième.

Ce jeu est vraiment excellent. La prochaine fois, on s'occupera du Québec…

 

    villes connectées villes alimentées
1 Laurent 18 18
51
2 Frédéric 17 17 111
3 François 17
17
68
4 Mélanie 17 17 40

Partager cet article

Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 15:44

Grosse journée qui m'attend avec un après-midi chez mes parents et une soirée à la maison. C'est une période faste et les parties s'enchaînent, la saison des vacances a du bon. Vivement demain que ça recommence.

Au programme, deux jeux que je trouve figurant comme ceux les plus techniquement intéressants (Amyitis et Kogge), la grosse découverte du moment (Mégawatts), un de mes jeux préférés et des plus joués (Troyes) et une petite partie de Rattus, ça ne se refuse pas.

 

Amyitis. Je suis distancé aux points les deux premiers tours, mais je reviens en force lors du troisième en plantant deux fois. Ma légère avance au score se maintient alors que je reste le meilleur irrigateur et planteur. Mon père lui, collectionne les cartes Palais et Banque tandis que je me contente de la carte Banque n°1. La carte Chamelier n°2 me sera attribuée en plantant une tuile. Je suis à six tuiles, encore une seule et je serais à l'abri.

amyitis_cartes.jpgMes plans sont contrariés au dernier tour, où je suis pris de vitesse et il m'est impossible de planter pour la septième fois. Je dois donc faire une croix sur mes 10 PP de bonus de fin de partie. Mon père non plus n'aura pas de bonus car il plafonne à quatre tuiles. Mais je ne peux plus rien faire d'autre à part irriguer et l'écart des points diminue car il lui reste plusieurs chameaux et des ressources qui lui permettront de faire avancer encore deux fois la caravane pour gagner deux cartes Palais (pour 5 et 7 PP.) Et ce n'est qu'en remportant la procession finale que je passe de justesse devant et ensuite j'ajoute le petit bonus de 5 PP d'Amyitis.

 

1 Laurent 61
2 Fernand 54

 

KoggeKogge. Nous implantons nos deuxièmes comptoirs tous les deux lors du troisième tour, ça démarre plutôt vite. Je passe par une courte période où je suis limité dans mes mouvements et je vais finir pas céder à la tentation d'effectuer un raid sur la ville de Riga pour y voler les sept cubes de fourrure. Et dès le tour suivant, j'irais en échanger six au Maître de Guildes contre un jeton bonus. Je choisis celui qui me fait piocher au hasard un marqueur de route car je n'en ai plus que quatre à ce moment.

Nos progressions se font à la même vitesse et un raid est lui aussi effectué par mon père à Stockholm. Mais je vais essayer de jouer le premier pour contrôler les déplacements du Maître de Guilde, j'arrive à le conduire à Danzig, je lui échange trois marqueurs de routes contre un jeton raid, et j'effectue mon raid dans la foulée dans cette même ville et j'ai maintenant un stock de ressources frisant l'indécence

Toutes ces ressources me permettent de prolonger mes voyages et en payant trois cubes j'arrive sur Stralsund, offre les ressources requises, un marqueur de route de cette même ville et j'y établis mon quatrième comptoir.

 

1 Laurent 5
2 Fernand 4

 

MégawattsMégawatts. Nous écartons sur la carte de la France les régions est et sud-est. Je limite au plus strict mes dépenses pour les ressources, et n'achète des centrales que si elles me permettent un avantage net sur l'alimentation brute. Le charbon aura connu un prix très élevé pendant toute la partie et je ne vais en garder qu'une seule utilisant ce combustible, elle permet d'alimenter six villes et de stocker six charbons et je vais en acheter pour maintenir les prix élevés. Quand la centrale n°50 apparaît, je suis le seul à pouvoir l'acheter et je le fais au prix le plus bas.

Ces deux centrales seront complétées par la seule et dernière qui consomme des déchets ménagers (trois pour six villes) et je suis le seul sur cette ressource. J'ai maintenant un capacité brute d'alimentation de 18 villes et j'en ai à ce moment 12. Vincent est le premier à remarquer que l'on rentre peut-être dans le dernier tour. Je suis premier dans l'ordre du tour, ce qui veux dire que je vais connecter de nouvelles villes en dernier mais ils ne savent pas combien j'ai d'elektros.

Les fonds leur restant à ce moment ne leur permettent que de construire au mieux deux ou trois nouvelles maisons alors que j'en ai à ce moment 148 et je vais pouvoir connecter cinq nouvelles villes pour 129 elektros.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Laurent 17 17 19
2 Vanessa 15 15 15
3 François 14 14 9
4 Vincent D 12 12 3

 

Rattus 0Rattus. J'ai pu utiliser pendant presque toute la partie la combo Paysan et Marchand. J'ai donc beaucoup de cubes sur la carte, je deviens évidemment la cible prioritaire (j'aurais fait la même chose) mais l'abondance de mes cubes me permet des chances de survie importantes.

La dernière résolution de la peste se passe bien pour moi et j'arrive à me maintenir devant même si, contrairement aux autres, je n'ai aucun cube au Château.

 

1 Laurent 11
2 François 10
3 Vincent D 8
4 Vanessa 7

 

Troyes - LogoTroyes. Les cartes activitées qui vont se révéler sur les trois premiers tours sont pour les différents domaines d'activité : Religieux : DîmePrieurProcession. Militaire : DiplomateChasseTroubadour. Civil : BoulangerAubergisteSculpteur.

Le Boulanger ne peut véritablement profiter qu'au premier joueur, voire le deuxième. L'argent ne sera réellement abondant que chez Vanessa, ce qui nous donne des soupçons plutôt solides sur la nature de son personnage.

En ce qui concerne Vincent, la possession d'Henri Ier ne fait pas de doute non plus, et je vais faire tout ce qui est possible pour gagner ma troisième carte d'événement.

Troyes - Thibaut IITroyes - Le FlorentinTroyes - Henri ILes dés sont plus ou moins équitablement répartis chez nous trois, mais le joueur neutre va s'implanter de plus en plus dans le Palais des Comtes grâce à l'événement Conflit de succession. Dans le dernier tour, quatre dés rouges sont chez le neutre et la dernière vague de quatre dés noirs doit être prise en charge par Vincent pour le premier dé et par Vanessa pour les trois autres grâce à un 6 rouge obtenu avec un relancé et un point d'influence.

J'ai pu utiliser la Procession lors du troisième tour en achetant les dés adverses et gagner ainsi six Points de Renommée. Le reste de mon argent sera dépensé pour prendre la seconde place chez le Sculpteur. Un dernier placement sur le Troubadour me permet d'avoir mon sixième homme de métier pour Le Florentin, même si je sais que Thibaut II est aux mains de Vanessa et que je finis avec les caisses vides.

 

  Laurent Vincent D Vanessa
Points de renomée 24 27 18
Événements non contrés 0 1

1

Hommes de métier 19 5 8
Cathédrale 0 0 0
Thibaut II 0 1 6
Le Florentin 6 1 1
Henri Ier 3 6 0
TOTAL 52 41 34

Partager cet article

Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 08:33

Dobble. Une petite partie en ouverture avec les jeux du puits et de la tour infernale. 

Dobble

1 Meredith
2 Christian
3 Laurent
4 Marilou  

 

Giro Galoppo. Petit jeu de course où l'on doit déplacer son cheval à l'aide d'un jeu de carte reprenant des valeurs de 1 à 6. Lorsque l'on arrive sur une case occupée, on rejette vers l'arrière le cheval adverse sur la case précédente la plus proche. C'est très bien pour jouer avec un enfant, comme c'est le cas ce soir, sans être dénué d'intérêt pour les adultes.


1 Marilou   
2 Meredith  
3 Laurent  
4 Christian  

 

Dice TownDice Town . Retour dans cette ville mal famée où l'on doit se méfier de tout le monde, où les dés se retournent comme par magie et où le vol de chevaux est le sport local.

Stinky Coyote, ce vieux fou, trouve dans le fond la mine 10 pépites en une seule fois avec l'aide d'une carte du General Store. Il y a des rumeurs qui disent qu'un nouveau cheval plus rapide que la morsure d'un crotale est arrivé dans le coin et les dames du Saloon ont fort à faire pour retrouver le propriétaire de l'animal.

Lors du dernier tour, en tant que shérif, je fais un choix malheureux et décide de favoriser Stinky Coyote au dépend de Calamity Mery que j'estimais plus riche à ce moment. Mais si j'avais fait le choix contraire, j'aurais gagné et elle aurait été deuxième. Me le pardonnera-t-elle un jour ?


1 "Stinky Coyote"  28
2 "Poor lonesome cowboy" 25
3 "Magic Dice Marilou" 22
4 "Calamity Mery" 20

 

MégawattsMégawatts sur la carte de la France avec les région centre, est et nord. Nous nous développons plus ou moins tous à la même vitesse, en veillant toujours à ne pas rester premier joueur trop longtemps. Mais il apparaît vite que le charbon est très demandé, mes centrales ne consommant exclusivement que cette ressource. J'arrive quand même à m'en tirer pas trop mal grâce à l'ordre du tour. Je vais acquérir par la suite une centrale nucléaire qui me laissera seul sur l'approvisionnement en uranium.

Les centrales à déchets ménagers sont attendues par Meredith car elle aimerait compléter sa première mais rien ne vient. Et lorsque l'on vérifiera à la fin dans le paquet des huit centrales écartées au début de la partie, on y trouvera trois de ces centrales. Quand malgré tout une nouvelle arrive, la 38 (3 poubelles —> 7 villes), Christian ne la laisse pas passer et met le prix qu'il faut, surtout que les déchets ménagers sont très bon marché. Mais il ne profitera pas de ce prix intéressant.

La fin de partie arrive brutalement pour les autres alors que je ne suis qu'à douze villes connectées et eux à treize. En effet, ma capacité totale d'alimentation est de dix-sept villes alors que la leur est de seize. Le charbon est à ce moment en pénurie, mais mes réserves me permettent d'alimenter sept villes avec trois charbons en une seule fois, les dix autres villes le seront avec seulement un uranium et un pétrole. Comme mes réserves d'argent me permettent de connecter cinq villes en une fois en payant près de 200 elektros, je déclenche la fin de la partie.

Je réalise maintenant que si Meredith n'avait pas connecté sa dernière ville, elle aurait été deuxième car elle aurait eu plus d'argent.

 

    villes connectées villes alimentées
1 Laurent 17 17 50
2 Christian 16 16 103
3 Meredith 17 16 77

 

Art-moderne.jpgModern Art. Encore un jeu d'enchère. Un style qui, à priori, me laissait plutôt froid, mais après avoir découvert Cyclades, EVO et surtout Mégawatts, je me rends compte qu'en fait j'aime plutôt bien. Et c'est aussi le cas pour Art moderne qui reprend plusieurs types différents d'enchères, j'aime bien.

Je n'ai jamais su me générer de bons revenus sur toute la partie, ce qui est plutôt embêtant puisque c'est le joueur le plus riche qui l'emporte. Les deux premières manches on été très courtes à cause d'enchères doubles alors que l'artiste avait déjà été vendu, ce qui fait que je n'ai proposé que deux enchères qui se sont soit très mal vendues ou que j'ai soit remportées moi-même, ce qui n'est pas l'idéal pour s'enrichir.

Le score final est sans appel, je me savais dernier mais avec un tel écart c'est quand même impressionnant. Je me suis trop focalisé sur l'aspect "collection" alors que seul l'argent compte (comme bien d'autres choses en ce bas monde ma p'tite dame.)

 

1 Meredith 501
2 Christian 303
3 Laurent 182

Partager cet article

Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 08:10

Rendez-vous au club Esprits Joueurs hier soir, et j'apporte un jeu : Mégawatts (ou Funkenschlag ou Power Grid, c'est selon.) On est donc six autour de la carte de la France avec la région sud-est écartée. Ça sera pour tous une toute première partie de ce jeu.

Ce qui est amusant, c'est la réaction des anciens du club qui, pendant que j'explique les règles, poussent des cris d'exclamation : "Aaaaaah Funkenschlag !!!", "Oulà, vous n'êtes pas couchés, vous !", "Hé, on ne ferme pas les portes à 1h00 du matin, hein !!", "Quoi ? Funkenschlag à six ? Et personne n'y a encore jamais joué !! C'est courageux…" Mais, personne ne se laisse effrayer car les règles sont simples et on aura d'ailleurs terminé la partie en moins de trois heures. Ce qui est étonnant par contre, c'est de se rendre compte que ces même personnes jouent depuis des années avec des erreurs de règles.

MégawattsRevenons-en au jeu. J'investis en premier lieu sur la première centrale nucléaire qui apparaît, puis la deuxième et je serais dans un premier temps sans concurrence sur l'uranium. Et c'est dès ce moment que je commence ma série d'erreurs qui doivent certainement représenter un bel échantillon de tout ce qu'il ne faut pas faire à Mégawatts. Je joue les quatre premiers tours en tant que premier joueur, et je me contente de ma confortable position avec mes deux centrales nucléaires et l'uranium bon marché, mais je manque de me faire enfermer dans Paris et je dois m'en éloigner au prix de coûteuses connexions. Et  je laisse aussi filer des centrales plus intéressantes comme des éoliennes ou des centrales au charbon qui en consomment trois unités (ce qui aurait pu permettre de créer éventuellement des pénuries.) Par la suite, je reste dernier joueur très longtemps en espérant dépasser tout le monde au moment propice, mais ce moment n'arrivera pas et je resterais dernier jusqu'à la fin.

J'investis à un moment beaucoup trop dans une centrale au pétrole qui peut alimenter cinq villes avec une seule unité. Mais l'erreur est de dépenser 90 electros le même tour où tous les autres joueurs vont connecter deux, voire trois nouvelles villes alors que mes fonds restant ne me permettent pas d'en connecter une seule. Le tour final où deux joueurs ont la capacité de connecter leur quatorzième ville, je ne peux en faire que trois ce qui porte mon total à dix, loin derrière. J'ai joué comme une quiche, mais j'ai compris plusieurs choses qui me serviront pour les prochaines parties…

Très agréable partie (pour un jeu de comptables), et je pense que Mégawatts a été apprécié de tous. Ce que je trouve positif, c'est que l'on a ici un quelque chose d'intéressant et profond pour un nombre de joueurs relativement important et pour une durée de jeu pas si longue que ça finalement.
 

    villes connectées villes alimentées
1 Frédéric 15 15 33
2 Vanessa 14 14 4
3 François 13 13 23
4 Vincent D 12 12 16
5 Mélanie 12 12 14
6 Laurent 10 10 9

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Jeu joue donc jeu suis
  • Jeu joue donc jeu suis
  • : JJDJS : comptes-rendus de parties et avis. Les découvertes ludiques d'un petit groupe de joueurs de Mons, en Belgique.
  • Contact

Recherche

Tags

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...